Célestin Adolphe Pégoud est né le 13 juin 1889 à Monferrat dans l’Isère.

 

Il débute sa carrière militaire en 1907 au 5ème régiment de chasseurs d’Afrique en Algérie puis au Maroc. En 1909, il rejoint la métropole et servira au 2ème régiment de hussards à Gray (Haute Saône) puis au 3ème régiment d’artillerie coloniale à Toulon

Il découvre l’aviation en octobre 1911 comme passager. En mars 1913, il obtient son brevet de pilote et est engagé comme pilote d’essai par Louis Blériot.

Le 19 août 1913, il réussit un saut en parachute et se rend compte que son avion laissé à l’abandon en plein ciel forme des arabesques avant de s ‘écraser au sol.

Le premier septembre il réalise un vol tête en bas sur une distance de 400 mètres à Juvisy sur Orge (Essonne), réitéré le lendemain sur 700 mètres à Buc (Yvelines).

Le 21 septembre il termine son spectacle par un looping.

Il s’exhibe en Europe, il parcourt une dizaine de pays en 9 mois (Angleterre, Allemagne, Norvège, Italie, Russie, Hongrie, Autriche, Roumanie, Moravie, Belgique), attirant une foule immense à chaque représentation.

 

A la déclaration de la guerre, il est mobilisé et affecté à la défense de Paris. Il obtient sa première citation lors d’une mission d’observation au-dessus de Maubeuge en octobre 1914. En novembre, son avion est touché et il doit planer 10 Km pour rejoindre les lignes alliées.

 

Le 5 février 1915, il abat 2 avions ennemis et force un troisième à atterrir côté Français.

 Le 18 juillet, il obtient sa sixième victoire, ce qui lui vaut une deuxième citation et devient le premier « as » de la guerre.

Le 31 août 1915, il est tué d’une balle dans la tête lors d’un combat au-dessus de Petit-croix située à l’est de Belfort. Le lendemain, ses adversaires jetteront une couronne en hommage au pilote sur les lieux du combat. Il venait d’obtenir sans le savoir la légion d’honneur et la croix de guerre avec palmes.

 

Célestin Adolphe Pégoud est inhumé au cimetière de Petit-croix puis en 1920 au cimetière de Montparnasse après une cérémonie à Notre Dame de Paris

En 2013, un timbre est édité pour commémorer le centenaire de son saut en parachute

Décorations :

                        Médaille commémorative du Maroc avec agrafe « Casablanca »

                        Médaille militaire

                        Croix de guerre avec 4 palmes

                        Chevalier de la légion d’honneur

                        Couronne de Roumanie

 

Sa mascotte :      conservée au musée de l’armée